Archives du mot-clé douleur

La tristesse

La tristesseIMG_0454

La tristesse envahissait totalement cette maison de pays. J’arrive sur le lieu et mon ressenti en passant le portail c’est la tristesse. J’exprime à cette famille mon ressenti juste au portail comme une enveloppe sur toute la maison. La tristesse envahit tout l’espace et cette famille me confirme la tristesse et les difficultés de communication. Un des enfants est décédé alors qu’il venait juste d’être papa. Ce jeune homme revenait souvent chez ses parents pour se reposer. Sa chambre respirait la douleur. En entrant dans cette pièce je ressens le mal de tête et toutes mes articulations en douleur. C’est atroce ce que cet homme a subi, toutes ces douleurs dans ce corps de jeune papa!

La géobiologieIMG_0455

La géobiologie est indispensable pour rééquilibrer le lieu. Le taux vibratoire est bas. Le ressenti en entrant dans la maison c’est comme un poids sur les épaules qui vous écrase. Je découvre plusieurs points géopathogènes, des cheminées et une entité. La géobiologie réhausse les vibrations de la maison. Je ressens l’allègement à chaque étape de mon travail. Les parents sont là et vivent des émotions au fur et à mesure de l’avancement. La mémoire des murs est intense et lourde. Je suis pleine de compassion pour ces parents vivant au quotidien dans un tel lieu. Malgré tout ils continuent d’avancer acceptant ces douloureuses étapes. Au moment du nettoyage énergétique l’atmosphère s’allège et l’épouse le perçoit. Monsieur ne ressent pas, ne voit pas mais ses traits se détendent. Ces parents ivres de tristesse me suivent dans toutes les pièces silencieux. Peu à peu l’atmosphère s’allège. Le temps d’accompagner l’entité arrive. Cette entité c’est leur fils ce jeune papa partit si vite, trop vite… C’est lui que j’ai perçu en arrivant au portail de la maison. Il était triste et veillait jour et nuit le domicile de ses parents allant de son appartement près de son fils, à la chambre chez ses parents et au portail. Ce jeune papa ne voulait pas quitter la terre. Il laissait son bébé âgé de 4 mois… Difficile d’accepter une telle épreuve. Le changement de niveau lui permettra d’évoluer en lui-même dans d’autres plans. Ses parents retrouvent le sourire et se ressourcent maintenant chez eux. Le taux vibratoire a changé et le sourire réapparaît sur ces visages . 

Âme éternelle

Accompagnement fin de vie…

J’ai accompagné la  semaine dernière le départ d’une âme pour son dernier voyage sur terre. J’aime l’expression québécoise « le transit » ce mot relate tout à fait ce qu’il se passe. L’âme transite d’un corps de matière (être humain sur la Terre) à un corps de lumière. L’âme quitte la matière et rejoint le cosmos infini. Cet homme était jeune, plein de bon sens et profondément conscient de son état face à la maladie.  Je l’accompagnais au début de sa maladie, un cancer des intestins il y a 10 ans. Il a vécu les chimios et les radiothérapies mais en homme conscient demandait aussi l’aide des médecines complémentaires, homéopathie, acupuncture et énergéticienne… Ces démarches lui ont permis de mieux vivre cette maladie au fil des ans. Il a continué de cultiver son jardin et de vivre au mieux le quotidien. Je suis partie au Québec et nos chemins se sont séparés puis il y a 2 mois il a souhaité à nouveau que je l’accompagne. Il y a 2 ans il a vécu 2 lourdes opérations au niveau des poumons m’expliquait-il et maintenant la maladie était dans le foie. Puis un jour, il y a 2 mois, sa famille m’appelle me disant c’est fini il est à l’hôpital et nous attendons la fin peux-tu faire quelque chose Myriane?

Conscience de l’instant présent

Oui je peux faire quelque chose mais sache que le résultat ne m’appartient pas. Je suis émetteur, récepteur transmetteur, simplement canal de lumière ou d’énergie. J’interviens et soit l’énergie l’accompagne à transiter soit l’énergie diminue ses douleurs physiques et il prolonge sa vie sur terre pour une durée indéfinie. C’était noté dans le cosmos qu’il devait prolonger sa vie parmi les humains. Pendant 2 mois, il a vécu sans traitements chimiques que son corps physique ne pouvait plus supporter. Il a repris de l’appétit, retrouvé son sourire et sa joie de vivre. Je l’accompagnais chaque semaine sur place ou à distance. Puis à nouveau la douleur l’envahit, l’appétit s’en va et il a hâte de partir, quitter ce corps de souffrance. Nous sommes mercredi, je l’accompagne mais c’est pour le grand voyage. Chaque jour jusqu’à son départ je l’accompagne à distance et sa famille l’accompagne sur place, leur présence est essentielle, lui parler, lui dire je t’aime, il ne supporte plus le toucher mais peu importe ils sont là près de lui aimants, compatissants. À 16h avant veille de l’ascension il transite accompagné de tous les siens et ses funérailles eurent lieu  le lundi de l’ascension belle élévation pour son âme.